Des processus de mise en patrimoine des territoires par le label «Geopark» à leur mise en scène

Catalina Gonzalez (2015/ 2017)
Sous la direction d’Yves Girault.

Nous nous attachons dans la première partie de notre thèse à faire une synthèse des travaux analysant les modalités de création et de gestion des réserves, MAB notamment dans le cadre de la prise en compte, plus ou moins importante, des aspirations des communautés locales à présenter leur patrimoine et identité, en lien fort avec leur territoire. La labélisation d’un Géoparc participe pour sa part à la mise en patrimoine de territoires en promouvant une approche holistique et une démarche bottom up. En effet, si la reconnaissance du patrimoine géologique remarquable d’un territoire est le leitmotiv du Géoparc, sa finalité est également celle d’explorer, de développer et de célébrer les liens entre cet héritage géologique et tous les autres aspects du patrimoine naturel, culturel et intangible d’un territoire. Nous souhaitons donc analyser dans quelle mesure les mises en scène retenues des territoires labélisés sont le fruit ou non d’une co-construction entre les différents acteurs du territoire ? Quels sont les différents aspects (géologiques, naturels et culturels -matériels, immatériels-) qui sont pris en compte dans ces mises en scène ? Enfin, par une approche comparative entre un projet de Géoparc en Colombie dans le département d’Antioquia au nord occident du pays et un Géoparc labélisé en Uruguay (Grutas del Palacio), nous souhaitons identifier la fonctionnalité éducative et la viabilité socioculturelle, dans l’Amérique Latine, des géoparcs en émergence dans ce continent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *