La notion de patrimoine selon l’UNESCO : entre discours et glissement catégoriel

Titre : La notion de patrimoine selon l’UNESCO : entre discours et glissement catégoriel


Auteurs : Isabelle BRIANSO et Ouidad TEBBAA


Éditeur : Ouvrage collectif (sous presse- 2018) L’odyssée des mots du patrimoine sera édité par les Presses de l’UQAM et diffusées en France par les PUR, sous la direction de Vincent Négri et de Nathalie Lancret.


Résumé : La notion de patrimoine a fait l’objet d’une littérature importante pour tenter de la définir dans ses formes, ses acceptions et ses évolutions. Sans essayer de retracer l’histoire de cette notion (Babelon et Chastel, 1994), notre propos souhaite questionner la fabrication de la forme « patrimoine » dans le discours d’une organisation intergouvernementale reconnue sur la scène mondiale, l’UNESCO (Maurel, 2013). Ainsi, cet article propose d’analyser la forme « patrimoine » dans son acception normative (UNESCO) et de comprendre les modalités de circulations de cette notion à l’aune des glissements catégoriels (matériel, immatériel, naturel) devant tendre vers de nouveaux modèles de reconnaissance par les acteurs du territoire. Trois exemples nous semblent particulièrement significatifs en raison de tissages catégoriels (matériel, immatériel) tels que l’on ne peut concevoir l’un sans l’autre (Angkor, Elche, Marrakech). Notre propos n’est pas tant d’analyser ces territoires patrimoniaux, mais plutôt de souligner la construction subtile de millefeuilles catégoriels à partir de l’exemple marocain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *