Légitimité sociale des savoirs construits dans la labélisation des territoires. Exemple des géoparcs.  

Titre de la communication : Légitimité sociale des savoirs construits dans la labélisation des territoires. Exemple des géoparcs.  

Auteurs : Angela Barthes, Professeure de l’Université d’Aix-Marseille, EA 4671 ADEF

Yves Alpe, Professeur émérite de l’Université d’Aix-Marseille, EA 4671 ADEF

Yanique Ekobevet, Doctorante de l’Université d’Aix-Marseille

Organisme : Université de Haute Atlas – Réseau 2Delis

Titre du séminaire : 7éme Séminaire international – Développement durable et lien social

Date : 5 et 6 septembre 2016

Lieu : l’Université Ibn Zohr d’Agadir (Campus Ait Melloul) à Agadir (Maroc)

Organisateur : L’Université Ibn Zohr, sa Faculté des Sciences juridiques, économiques et sociales, ainsi que le Réseau International Développement durable et Lien social

Document décerné : attestation de participation

Communicant : Yanique EKOBEVET ALLOGO


Résumé :

En dépit de la formalisation de la reconnaissance des « savoirs naturalistes traditionnels » lors de la convention de Rio en  1992, les situations locales montrent des situations ambiguës et complexes. La création de la Réserve naturelle géologique de Haute Provence (RNGHP, 1984) et son histoire récente de transformation en « Géoparc » permettent d’illustrer les problématiques de l’articulation des différents genres de savoirs dans la labellisation des territoires. En effet, dans ce cas, il s’agit bien d’un projet de territoire et de développement local qui -malgré les discours- s’appuie peu sur les savoirs locaux (largement reconstruits et réinventés  pour en reprendre quelques saillances facilement mobilisables) mais sur la vision utilitariste (par exemple à visée touristique) des valeurs « globales » diffusée par l’UNESCO. On peut alors se poser la question de la légitimité sociale des nouveaux savoirs construits (locaux et savants), lesquels sont au final très peu appropriés localement. Les conflits de savoirs (savoirs locaux /savants, décontextualisés/pragmatiques…) sont donc au centre de la dynamique territoriale – dans ses réussites comme dans ses échecs. Toujours est-il qu’il y a, au travers de ces dispositifs la volonté de structurer une communauté apprenante et les éducations au patrimoine et au développement durable se voient attribuer un rôle essentiel.

Mots clés : Développement local, géoparc, savoirs locaux, savoirs savants, valeurs, géologie, légitimité sociale, aires protégées


Bibliographie :

Bader, B. & Sauvé, L. (2011). Education, environnement et développement durable : vers une écocitoyenneté critique, Québec : Presses de l’Université Laval., p.103-122.

Agrawal, A. (2002). Les savoirs autochtones, Revue internationale des sciences sociales, N° 173

Alpe, Y. (2011). Le curriculum sournois du développement durable, in Bader, B. & Sauvé, L. (Dir.), Education, environnement et développement durable : vers une écocitoyenneté critique, Québec : Presses de l’Université Laval., p.103-122.

Barnes, B. (1974). Scientific Knowledge and Sociological Theory, London 1974.

Barthes, A. (2013), L’éducation au patrimoine : une approche territorialisée de l’éducation en émergence ?, Congrès Actualité de la recherche en éducation et formation (AREF), Montpellier 27-30 août 2013

Barthes, A. Alpe, Y. et Martini G. (2014), L’importance de la dimension éducative patrimoniale dans les stratégies de labellisation des territoires : l’exemple des « Géoparcs »? Colloque francophone international cultures, territoires et développement durable, 14-15 avril, Université Blaise Pascal, Clermont Ferrand

Barthes, A. Blanc-Maximin S., Alpe Y., Floro M., (2014), L’éducation au patrimoine: pourvoyeuse de savoirs et/ou  au service des territoires? Colloque international les « éducations à, un levier de transformation du système éducatif » 17-19 Novembre, Rouen

Barthes, A. et  Alpe, Y. (2014), Le curriculum caché du développement durable, Revue Penser l’éducation, Philosophie de l’éducation et histoires des idées pédagogiques, hors-série

Barthes, A. Zwang, A. et Alpe, Y. (2013), Sous la bannière développement durable, quels rapports aux savoirs scientifiques ? Rapport aux savoirs, éducation relative à l’environnement et au développement durable, Education Relative à l’Environnement: Regards – Recherches – Réflexions, volume 11. pp. 25-43

Berard, L et alii, 2005.Savoirs et savoir-faire naturalistes locaux ; l’originalité française, Les notes de l’IDDRI, n°7 -2005, p.1-35

Bloor, D. (1991), Knowledge and Social Imagery, University of Chicago Press

Burt, R. (1995). Le capital social, les trous structuraux et l’entrepreneur, Revue Française de Sociologie, 36-4, p.599-628.

Callon, M. (dir.) (1989). La Science et ses réseaux. Genèse et circulation des faits scientifiques, Paris, La Découverte

Forsé,M. (1991). Les réseaux de sociabilité : un état des lieux,  L’Année sociologique n°41, p. 143-182.

Greffe, X. (2002). Le développement local. La Tour d’aigues : Editions de l’aube / DATAR

Mercklé, P. (2004). Sociologie des réseaux sociaux, Paris : La Découverte

Vinck, D. (1995). Sociologie des sciences, Paris : A. Colin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *